Escorte présidentielle : l’entente directe dictée par l’urgence et la sécurité

la tif c

Le recours à la procédure de l’entente directe pour l’acquisition de véhicules destinés à l’escorte du président de la République est dicté par l’urgence et des raisons de sécurité, selon le ministre de la Bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly.

‘’Cette requête trouve son fondement dans l’urgence et les nécessités de sécurité humaine et institutionnelle, dans un contexte international actuel, marqué par l’explosion des menaces de tout genre’’, écrit M. Coulibaly dans une tribune publiée mercredi dans Le Soleil et intitulée : ‘’ Marchés publics : Décryptage et analyse de la politique en cours’’.

Mettant en exergue le souci de la bonne gouvernance dans l’action des pouvoirs publics, Abdou Latif Coulibaly rappelle que, ‘’saisie par lettre (n° 027/Mef/Dgf/Dmta) du 20 juin 2012, la Direction du matériel et du transit administratif (Dmta), pour le compte de la Présidence de la République, a demandé l’autorisation de passer un marché par entente directe pour l’acquisition, auprès respectivement de la Sera et de l’Africaine de l’Automobile, de tels véhicules’’.

‘’Aussi, écrit-il, une telle requête émane des professionnels de la sécurité présidentielle, experts dans leur domaine et aptes à formuler des demandes après libre appréciation d’une situation, caractérisée notamment par la quasi inexistence dans le parc disponible, de véhicules fonctionnels répondant aux besoins d’une escorte digne de ce nom’’.

Selon lui, ‘’l’aspect secret de la prestation demandée a également été invoqué à l’appui de ladite requête, car l’escorte présidentielle présente des particularités, du point de vue de la conception des engins qui la composent et des normes de sécurité qui s’imposent’’.

Il poursuit qu’’’après analyse des motifs développés en soutien de la requête, la Dcmp, en application de l’article 76.2a du Code des marchés, a autorisé l’acquisition des véhicules susvisés suivant le mode de passation de gré à gré’’.

‘’En clair, souligne le ministre de la Bonne gouvernance, l’utilisation, en l’espèce, de la procédure dérogatoire était principalement dictée par des impératifs de sécurité liés à la protection du chef de l’Etat’’.

Ainsi, ajoute t-il, ‘’envisager une procédure par appel d’offres, pouvant durer quatre à cinq mois en raison des délais prévus, signifierait inviter notre président de la République, à rester au Palais et à ne pas en sortir, pour se retrouver loin des préoccupations des Sénégalais’’.

 

aps

Vous pouvez Laisser un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propore site.

Leave a Reply


SENTV.info Administrateur Général - Directrice de publication : Mohamed WAGUE
Tel: (+221) 77 921 44 45 - 77 506 40 45 - Mail : redaction@sentv.info - commercial@sentv.info
info@amwsentv.com - info@sentv.info - Copyright © 2009 - 2014 Mohamed WAGUE
Powered by WordPress | Designed by: seo services | Thanks to credit repair, web design st louis and seo company