ThieyDakar

Fraude bancaire Une collégienne vide le compte de son père de près de 7 millions Cfa

En portant plainte à la S.u pour opération frauduleuse sur son compte, le célèbre restaurateur Momar Samb était loin d’imaginer que sa propre fille en était le cerveau. Cette dernière qui est âgée à peine de 17 ans a été alpagué en même temps que 6 de ses complices.Le sieur Momar Samb n’en revient toujours pas. Son compte logé dans une banque de la place a été récemment tripatouillé à son insu par des malfrats. Ces individus malintentionnés lui ont soutiré la rondelette somme de 6.780.000 Cfa. Le pot aux roses a été découvert par la victime elle même lors d’une banale opération de retrait d’argent via l’un des Gab de sa banque. Contre toute attente, il a reçu un message électronique lui notifiant qu’il a atteint son plafond de retrait. Refusant de se plier à cette évidence, il a aussitôt câblé son gestionnaire de compte. Ce dernier, après vérification a confirmé la mauvaise nouvelle. Dans la foulée, il a indiqué que les nommés S. K. Cissé et P. B. Guéye ont retiré dans son compte des montants respectifs de 930.000 Cfa et 850.000 Cfa, en plus d’avoir utiliser sa carte Visa pour des achats en ligne d’une valeur de 5 millions Cfa. Ne connaissant pas ces individus très futés qui ont eu le toupet de lui jouer ce sale tour, Momar Samb qui est restaurateur de son état, ne s’est pas fait prier pour saisir la Sûreté urbaine d’une plainte pour fait de vol. Sans désemparer, les hommes du Commissaire El Hadji Cheikh Dramé ont ouvert une enquête. C’est sur ces entrefaites, que leurs investigations ont permis de localiser le nommé S. K. Cissé. Ce dernier était en détention préventive à Rebeuss pour avoir tenté de retirer un chèque de 1,2 million Cfa appartenant à autrui. Pour les besoins de l’enquête diligentée par la Sûreté urbaine, il a été extrait de sa cellule. Soumis au feu roulant des policiers-enquêteurs, S. K. Cissé qui n’était pas à son premier coup de ce genre, a reconnu sans ambage les faits qui lui sont reprochés. N’ayant pas voulu tomber seul, ce malfaiteur qui a décliné son identité comme étant un marchand ambulant, a balancé le nom d’un certain Alassane Sow. A l’en croire, c’est ce dernier qui lui aurait remis les chèques volés au domicile du plaignant sis à Nord-Foire. Alassane Sow qui est domicilié à Derklé a été à son tour cravaté. Entendu sur procès verbal, il a soutenu pour tenter de se tirer d’affaire, n’être qu’un simple intermédiaire entre S. K. Cissé et un individu nommé Pape Sarr. Bousculé de questions, il a finalement avoué avoir fourni son identité à son cousin A. Bâ pour l’achat en ligne d’un téléphone portable Iphone 5S. Fouillé à corps à l’enquête préliminaire, il a été trouvé par devers lui trois cornets de chanvre indien. Cité dans la procédure, A. Bâ qui est élevé en classe de 3ème dans un célèbre collège sis à Sacré-Coeur a été lui aussi interpellé. Lors de son interrogatoire, il a fourni des informations précieuses aux enquêteurs de la S.u. A l’en croire, il a pris connaissance des codes bancaires secrets du plaignant au près de la fille de ce dernier, une certaine A. Samb qui lui a été présenté par le nommé B. Loum. Muni du précieux sésame, A. Bâ a déclaré avoir procédé à beaucoup d’achats en ligne allant à des téléphones portables aux fringues en utilisant son identité où celle de son cousin A. Diallo résidant à Grand-Dakar. Éclairant la lanternes des limiers, il a également jeté en pâture le petit ami de la fille du plaignant, K. Diop, élève dans un institut à Nord-Foire. Selon A. Bâ, le nommé K. Diop a aussi utilisé les codes bancaires trafiqués pour des achats en ligne. Ce que ce mis en cause a confirmé. A. Bâ a également mouillé un marchand du marché Alizé du nom de M. M. Touré à qui il revendait des téléphones portables. Poursuivant leurs investigations, les policiers de la S.u ont interpellé la fille du plaignant. Cette dernière qui est en réalité le cerveau de la bande a fini par avouer son forfait en indiquant être l’auteur du vol des deux chéquiers d’une valeur de 1,780 million Cfa et de la divulgation des codes bancaires secrets de son père à ses acolytes. Dans ces aveux circonstanciés, elle a entraîné dans sa chute, un de ses camarades d’école, un certain A. Diop. Tout ce beau monde a été finalement placé sous mandat de dépôt au terme de l’enquête rondement menée par la Sûreté urbaine. Les mis en cause ont été écroué pour les délits d’association de malfaiteurs, de faux en écritures bancaires, de faux et usage de faux et tentative d’escroquerie.

Par Siaka NDONG : La Redaction

Vous pouvez Laisser un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propore site.

Leave a Reply

Powered by WordPress | Designed by: seo services | Thanks to credit repair, web design st louis and seo company