ThieyDakar

Intégration africaine par les peuples Les communautés lébou et guinéenne donnent le ton

A l’heure où un vent de xénophobie souffle dans beaucoup de pays, particulièrement en Afrique du sud, Lébou et Guinéens vivant au Sénégal chantent à l’unisson l’hymne de la fraternité des peuples. L’initiative est de l’Entente des Mouvements et Associations de Développement (EMAD) et la Fédération PALAGA (une association guinéenne). Elles ont organisé, ce samedi, à la salle de conférence de l’Institut Islamique de Dakar, qui a refusée du monde, une cérémonie très colorée, en hommage à El H. Abdoulaye Sow Kebali, président de la Moyenne Guinée, et aux dignitaires et notables de la Collectivité Lébou et de la communauté Guinéenne vivant au Sénégal.
Cette cérémonie, coprésidée par son excellence Dr Kadeba Conde, Consul de l’ambassade de Guinée au Sénégal et El H. Abdoulaye Makhtar Diop, Grand Serigne de Dakar, en présence de El Hadji Alioune Moussa Samba, Imam Ratib de la grande mosquée de Dakar, et de dignitaires des deux communautés, a été l’occasion de célébrer et magnifier les relations fraternelles entre Lébou et Guinéens et de rappeler les liens solides unissant, depuis plusieurs décennies, le Sénégal et la Guinée.
La ‘’téranga’’ sénégalaise chantée par la communauté guinéenne
Dans son discours liminaire, l’Imam Ratib, après avoir rappelé les liens personnels le liant à la communauté guinéenne, a demandé au Grand Serigne d’accepter une vieille requête en reconnaissant à titre honorifique la communauté guinéenne dakaroise comme 13e penc de la Collectivité Lébou. Pour rappel, la Collectivité Lébou compte 12 penc, dont 6 à Dakar Plateau et 6 à la Medina. Thierno Boubacar Matakao, El H. Mamadou Alpha Korbe et El Hadji Souleymane Mombeya, dans leurs interventions, après les remerciements d’usages à EMAD, PALAGA et à la Collectivité Lébou, ont chanté l’hospitalité sénégalaise et rappelé des faits importants qui ont marqué le processus d’implantation de leur communauté à Dakar. Notamment, l’accueil chaleureux des pionniers dans les années 40/50 et plus récemment la mise à leur disposition, par l’Imam Ratib, depuis bientôt 5 années, de l’esplanade de la grande mosquée pour la fête du ‘’Leylatul Khadry’’, sans oublier l’intervention du Grand Serigne pour mettre un terme à la stigmatisation des Guinéens lors de l’épidémie à virus Ebola qui a touché la sous-région récemment. « Entre le Sénégal et la Guinée, seul le fait colonial a imposé des frontières artificielles. Les peuples de ces deux pays sont pétris dans le même moule avec les mêmes valeurs, la même histoire, les mêmes coutumes et les mêmes préoccupations », dira Souleymane Mombeya. Pour mémoire, rappellera-t-il, « la mère du célèbre héros Alpha Yaya Diallo, est d’origine sénégalaise et se nomme Koumanthio Sané. Elle est native du Ngabou, en Casamance, à cheval sur le Fouladou et la Guinée Bissau. » Et de poursuivre : « En 1912, sur le chemin de l’exil imposé par les colons, lors de son passage à Dakar, il a participé financièrement à la construction de la Zawia El Hadji Malick de Dakar avant d’être déporté à Port Etienne en Mauritanie où il décéda d’ailleurs.»

Vers une Union africaine des peuples

Abdou Khadre Gaye, président de l’EMAD, ira plus loin dans son allocution en appelant de tout son cœur l’Union africaine des peuples qui, dit-il, ouvrira les portes des Etats- Unis d’Afrique, rappelant d’ailleurs que « cette unité était déjà en voie de réalisation dans le cadre de l’empire du Ghana, puis du Mali qui englobait le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso…Tout récemment, il ya un peu plus d’un siècle, l’empire du Wassoulou de l’Almamy Samory Toure, couvrait une partie du Sénégal, de la Guinée, du Mali…La balkanisation de l’Afrique est le fait de la colonisation.» Et de poursuivre, «c’est en 1236 que Soundiata Keita avait promulgué la charte de Kouroukan Fouga, soit plus de cinq siècles avant la déclaration universelle des droits de l’homme, pour dire que les Sékou Toure, Kwame Nkrumah, Cheikh Anta et autres panafricanistes, avaient raison, et que nous n’avons pas à nourrir de complexe devant quiconque. » Pour terminer, il appellera le comité d’initiative à s’ouvrir aux autres communautés et à réfléchir sur un programme tournant entre les pays.

La communauté guinéenne, 13e penc de Dakar

Pour conclure Abdoulaye Makhtar Diop, Grand Serigne de Dakar, déclarera, comme demandé à l’entame de la cérémonie par l’Imam Ratib, qu’«à partir de ce jour, la Communauté guinéenne dakaroise est le 13e penc de la collectivité lébou de Dakar ». Avant de conseiller l’institutionnalisation de l’activité et de promettre, de concert avec le consul, de rendre compte aux présidents Macky Sall et Alpha Conde qui, il en est certain, salueront l’initiative parce qu’ils sont de fervents adeptes des Etats- Unis d’Afrique. Il a aussi salué l’entente celée entre les différentes régions de la Guinée, ce qui participera à l’apaisement du climat sociopolitique en Guinée, rappelant aussi la mesure de la CEDEAO concernant l’instauration de la carte d’identité sous régionale qui va dans le sens du renforcement de l’intégration sous régionale. Une cérémonie de remise d’attestations de reconnaissance pour services rendus à une soixantaine de dignitaires et notables a marqué la fin de la cérémonie.

Source : SENTV.info

Vous pouvez Laisser un commentaire, ou un rétrolien depuis votre propore site.

Leave a Reply

Powered by WordPress | Designed by: seo services | Thanks to credit repair, web design st louis and seo company